fbpx

Savoir qui l'on est

Dans mon article La philosophie du lâcher prise je vous ai expliqué que tout est équilibre.

Dans Pourquoi souffrons nous, je vous ai révélé l’importance de la souffrance.

Aujourd’hui, avec cet article, je vais fermer le triangle introspectif en y ajoutant le dernier segment.

Si tu ne fais rien, tu ne sers à rien.

Phrase spirituelle assez violente mais pleine de justesse en profondeur. Avant d’entrer dans la vif du sujet, une histoire.

J’ai vécu une dépression il y a quelques temps de ça. Je n’ai pas été licencié, ni mis à la rue.
Aucune rupture ni décès à pleurer. Rien d’extérieur. C’était ce genre de dépression interne.

J’ai travailler longuement sur moi pour obtenir cette philosophie de vie, je savais que tout est un équilibre. il y avait donc deux conclusions.

La première était que cela passera et que la joie s’emparera de nouveau de moi.
La seconde fût que j’étais la propre cause de mon mal-être.

On peut décortiquer ce terme : mal-être.

Comme mal manger ou mal dormir, le “mal” devant l’action signifie que cette même action est effectuer de la mauvaise manière.

Je mange mal car je me nourris de produit non sain pour mon corps.
Je dors mal car je ne me couche pas dans de bonnes conditions.
Je suis (être) de la mauvaise manière car je ne me comporte pas comme je le voudrai vraiment.

Ce qui en est sorti de cette dépression est le besoin hardant de vérité.
Comprendre le monde, comprendre les autres mais surtout se comprendre soi.

Agir dans le vrai.
Arrêter de vivre pour les autres
Oser s’affirmer
Oser être juste envers soi même
Se pardonner
Se trouver
Se respecter.

L’essence profonde de ce que l’on est agit inconsciemment.
La respiration, le fonctionnement de l’organisme, la pensée survivaliste ou encore les attirances animales pour le sexe.

La mission de chacun est de trouver qui il est en expérimentant de nombreuses techniques et comportements pour comprendre ce qui est bon pour soi, tout en faisant un travail de détachement des liens et des influences extérieurs pour être enfin libre.

Libre d’être soi-même.
Libre d’être naturel et authentique.

Ne rien faire dans une démarche de progrès, c’est porter préjudice à son moi intérieur qui ne demande qu’a sortir et s’exprimer, vivre.

C’est pourquoi le désir hardant de croissance, de recherche de vérité devrait naître en chacun de nous car c’est en faisant un nombre incroyable d’expériences, de remise en question, de progression qu’on se trouve finalement sur le chemin.

Si tu ne fais rien, tu ne sers à rien.

C’est de cela que parle ce dernier mantra. C’est le plus spirituel, le plus profond car le plus difficile à comprendre.

Il y a deux vous.

Celui que vous êtes maintenant, le “moi”, contrôlé par l’esprit, en recherche de sa véritable nature, et le “soi”, qui est l’essence authentique de chacun, cette vérité en nous qui ne demande qu’a sortir.

C’est à travers le “moi”, ce que l’on est maintenant, sous nos influences et fausses croyances, que l’on découvre son “soi ” véritable, libre de tout ce qui existe pour être simplement en l’état d’être.

Si tu ne fais rien, tu ne sers à rien.

Se refuser d’expérimenter, de continuer à apprendre, de progresser, que ce soit par peur ou par feignantise ou encore par habitude, est la pire chose que vous pouvez vous faire à vous même.

Dites vous qu’il existe une force en vous, un quelque chose, une chaleur, une force de caractère, une volonté imprenable qui ne demande qu’a sortir et ce n’est qu’en se mettant en inconfort que l’on trouve le chemin pour être soi.

Pourquoi faire ce travail difficile me direz vous ?

C’est tout simplement le but véritable de chacun, savoir qui nous sommes.

Si tu ne fais rien, tu ne sers à rien.

Il ne s’agit pas de servir une idéologie ou un état ou encore une société mais bien se servir à soi même.

Nous sommes détachés de notre spiritualité et donc incomplet. Ce n’est qu’en travaillant sur soi que nous pourrions redevenir un avec nous même.

C’est œuvrer pour son bien être que de se remettre en question, souffrir de mauvaises expériences, d’apprendre constamment et de rechercher la vérité, SA vérité.

Bien sûr tout le monde n’est pas prêt à faire cette quête identitaire mais si vous prenez ce chemin, lorsque vous souffrirez, lorsque vous serez en inconfort ou lorsque vous douterez, vous pourrez vous rassurer en sachant que fuir la souffrance c’est fuir la vie mais que tout est équilibre donc cela passera aussi.

Et si vous abandonnez, remémorez vous ce mantra pour reprendre la route de votre liberté :

Si tu ne fais rien, tu ne sers à rien.

Force et Bienveillance

Damien

5/5
Partager :
Fermer le menu
Facebook Messenger
×
×

Panier