fbpx

POURQUOI LE SEXE EST-IL TABOU ?

Cet article est le résultat d’une vague de censure par Instagram sur des sites érotiques bienveillants, prônant la liberté d’expression sexuelle.

 

POUVOIR

 

Nous pouvons aisément nous demander pourquoi des « petits » comptes sont ciblés tandis qu’un monstre comme Pornhub ne subit aucun dommage. Il n’y a aucune restriction d’âge pour s’abonner à un compte donc tout mineur peut avoir accès à la promotion de site pornographique via Instagram.

Ce titan, qui se compte en million d’abonnés, tiens une responsabilité bien plus écrasante vis-à-vis de la répercutions néfaste de son contenu pour les jeunes, qu’une photo de téton vu par quelques milliers de personnes.

Cependant, il tient debout, fier et puissant.

La raison est simple :
La pornographie est un business. Premier constat.
La jeunesse est malléable, second constat.

Lorsque nous sommes enfants ou adolescent, nous n’avons aucune expérience de la vie et le seul moyen de se créer un écosystème de pensées est de tester de nouvelles choses.

Comme la brûlure d’un feu nous apprend à nous méfier des flammes.
Comme échanger ses bonbons avec un camarade nous indique que le partage est un bon moyen de créer du lien social.
Comme se faire engueuler parce qu’on à frapper quelqu’un nous enseigne que la violence n’est pas une solution.

Autant de réalités façonnées par l’expérience.
Il en est de même pour la sexualité.

Si Pornhub offre une éducation sexuelle dès le plus jeune âge, même si elle est faussée, alors il se crée une communauté solide.

Grosse audience = grosse rentabilité.

Une marque comme ça à un pouvoir d’influence bien plus grand que n’importe quel compte érotique. C’est pourquoi, dans une restriction des libertés d’expression, les comptes érotiques indépendants subissent la censure.

Nous venons de voir l’intérêt politique et économique de réduire au silence la diversité sexuelle au profil d’un protocole sexuel proposé par une grosse marque pornographique.
Pourtant, cela ne répond pas pleinement à la question « pourquoi le sexe est-il tabou », parce que la victimisation, même justifiée, n’est pas une solution. Il faut creuser plus profondément.

EDUCATION

 

J’écris cet article en France, ayant grandis dans ce pays et entouré majoritairement de personne dans le même cas. Il y a fort à parier que nous ayons reçu la même éducation consciente et inconsciente.

De manière consciente, il y a d’un côté l’éducation parentale et de l’autre l’éducation extérieure liée à internet et aux rencontres.

Pour avoir parlé avec beaucoup de personne de ce sujet, je peux conclure que nombreux d’entre nous n’ont pas eu cette fameuse discussion sur la sexualité avec nos parents.
Le meilleur moyen de rendre une chose interdite est d’ignorer son existence. Il est difficile de parler de ces choses là avec son ado mais, c’est pourtant primordial de nos jours car, par effet de cause, l’adolescent, sans repères, va chercher à s’en créer.

Nos parents n’étaient pas préparés à ce qui allait arriver.

C’est la seconde partie de l’éducation consciente : les autres et l’internet.

Vous avez devinés où je veux en venir. Par manque de dialogue avec notre famille, notre curiosité nous pousse sur la plus grosse encyclopédie jamais créée : notre ordinateur.
De fil en aiguille, les vidéos pour adultes tombent entre nos mains. Ce qui nous remet en avant le premier point : l’éducation au porno.

Pour la partie inconsciente, il faut prendre conscience que cette liberté d’expression sexuelle (différente de la liberté de tolérance), est très récente.

Encore beaucoup de personne ne savent pas à quoi ressemble un clitoris.

clitoris

Schéma d'un clitoris

La sexualité féminine, grand fantôme de notre société, commence seulement à être explorée.

Les hommes ne sont pas des hommes dignes de ce nom s’ils ne sont pas performants et on commence seulement à comprendre qu’un homme n’est pas une machine à bander mais qu’il peut avoir des réactions émotionnelles affectant sa sexualité.

Tant de préjugés, tant de non-dit et tant d’idées reçus, résultat de millier d’années d’éducation religieuse prônant la puissance du mâle, la soumission de la femelle et le bannissement de la masturbation.
Le contenu actuel sur la sexualité est exponentiel car c’est une affaire récente de s’y intéresser sous toutes ses formes.

 

DIVERSITÉ

 

Internet à ouvert des portes incroyables sur l’exploration de notre monde.

Nous pouvons désormais connaitre de multitude de personnes aux quatre coins du globe. Ce qui multiplie le nombre de réalités différentes, propre à chacun.
Une chose positive avec l’ignorance, c’est qu’elle réduit l’anxiété.
Plus nous avons de connaissance, plus les choses que nous connaissons sont remise en questions et plus nous pouvons nous sentir isolé, loin du monde, différent voir étrange.

L’ouverture sexuelle actuelle, aussi bénéfique soit-elle, creuse paradoxalement la tolérance à la diversité.
Cela est facilement explicable.

Le besoin d’appartenir à un groupe est un désir ancré profondément en nous. Nous sommes des créatures sociales, vivant avec l’échange, l’entraide et l’alliance.
Une personne seule est une personne morte, physiquement ou psychologiquement.

C’est pourquoi, maintenant que la bulle de la diversité sexuelle à éclatée, il est difficile de parler de ses fétiches car nous sommes en connaissance que le monde entier possède un rapport avec la sexualité propre à chaque individu.

S’il y a différence, il y a risque de rejet et donc d’isolement. C’est l’une des raisons inconscientes qui nous pousse à rendre à sexualité tabou.


Prenons un exemple :

La réflexion « que va-t-il penser de moi si je lui demande d’essayer cette pratique ? » revient souvent dans une situation de couple de longue date.

Les désirs sexuels évoluent avec le temps tandis que nous avons créé une base sexuelle entendue. Tout changement de position nous effraie car nous avons peur que l’autre nous juge, soit dégoûté et nous rejette.
S’il est si dur de parler sexualité dans un couple, alors que le sexe est une partie majeure pour entretenir celui-ci, il est facile de comprendre pourquoi il est difficile d’en parler en société.

Que pouvons-nous faire ?

Il n’y a pas de solution miracle.

C’est un processus général à entreprendre, une évolution des mentalités et des mœurs.
Il faut continuer à se battre contre la censure, continuer à oser en parler, ouvrir le débat et creuser les opinions pour comprendre l’autre.
Il n’y a pas de sexualité normale, seulement des fétiches.

Comprendre ça est la clé pour écouter sans juger les désirs et fantasmes de chacun et chacune.

 

Rejoins l’équipe !

Damien 

Force et Bienveillance

5/5
Partager :

PRENDRE LE CONTRÔLE

Fermer le menu
Facebook Messenger
×
×

Panier